La bannière
La bannière

Mais cette bannière, c'est quoi ?

Patchwork de lettres, de mots, où langues, cultures et peuples se côtoient, se touchent, s’accotent, se mêlent, s’emmêlent et s’entrecroisent. De la parole qui se déplace d’une case à l’autre, d’une rive au trottoir d’à côté, d’un marché du sud vers un écran au nord.

Une bannière pour rassembler devant, derrière, autour ; mélanger les publics, différents en chaque lieu, à chaque rendez-vous.

En chaque lieu un esprit différent, des rencontres spécifiques et particulières, un aménagement de l’espace propre à chaque lieu. Comment évolue l’espace, comment s’adapte t-on à l’espace de chaque lieu ?

La bannière transforme t-elle le lieu ? les habitudes du lieu ? le regard du public sur le lieu ? quelles portes s’ouvrent ?

La bannière sort de son tiroir et va rencontrer d’autres artistes, d’autres acteurs, d’autres humains qui empreints de sa charge créent à leur tour de nouveaux supports, de nouvelles œuvres en réponse, en écho à la thématique et à son visuel.

Faire voyager la bannière accompagnée d’un environnement sonore est une invitation à habiter les lieux en convoquant diverses résonances. La présence de Roberto Cedron en chacun des lieux sera l’occasion pour tous et chacun d’écouter, d’échanger, de recevoir par sa voix rocailleuse ses mots poétiques, un temps de retrouvailles avec son histoire passée, visiter un présent de couleurs gravées dans le rouge, le vert gras du pastel, les rayures du pyjama du chat.

Au centre Roberto Cedron, entouré de François Pellerin (à gauche) et Serge Louis (à droite)
Au centre Roberto Cedron, entouré de François Pellerin (à gauche) et Serge Louis (à droite)

L’association Peuple et Culture Finistère (PEC 29) organise tous les ans des créations de bannières, en invitant des artistes étrangers à venir en résidence à Brest.

Ces bannières sont exposées lors de la « Fête des langues du monde » co-organisée par PEC 29 au mois de mai.

En 2008, dans le cadre de ces rencontres interculturelles d’artistes, Roberto Cedron a été invité en résidence à Brest. Il y a réalisé, à l’aide de volontaires, une toile d’environ 15 mètres x 3 mètres sur le thème : le droit à l’histoire des Indiens d’Amérique.

Aujourd’hui cette bannière est disponible, en attente d’être exposée et exploitée pour tous types d’animations/réflexions collectives/créations diverses et variées, voyages, sensibilisation,…

Pour faire pleinement vivre, circuler, réveiller cette réalisation, est née l’idée de créer une bande son pour l’accompagner et de démarrer un voyage en Finistère avec ces sons et ces images....